Vignes

Château Saint-Vincent

Le Domaine

Domaine du Château Saint-Vincent, une longue histoire


Un acte foncier mentionne déjà vers l’an mil un échange de vigne entre Le Chevalier Amalric et le couvent de Romainmôtier à St. Vincent près de Bursins. Ce parchet était adjacent à une église dédiée à Sanctus Vincentis.
Le domaine de St.Vincent changea très souvent de propriétaire et au gré des générations fut souvent morcelé. L’architecture du Château actuel remonte au milieu du 19ème siècle et c’est aussi à cette époque que M. Vincent Rumpff en arrondit considérablement la surface.
L’ Histoire se répétant sans cesse, le domaine est actuellement indépendant du Château de St-Vincent et a retrouvé aujourd’hui des dimensions plus modestes et compte un peu plus de 9 hectares de vignes, soit :

  • 75'000m2 de Chasselas
  • 12'000m2 de Pinot-Noir
  • 2'000m2 de Diolinoir
  • 2'000m2 de Cabernet Sauvignon et Merlot

Le domaine sis sur le cône de déjection du ruisseau le Merdasson possède la meilleure des expositions, en pente douce et face au Léman. Il entoure le Château St-Vincent et son parc. Par l'Allée des Amandiers, on peut rejoindre en haut du domaine l'Etang Bleu, un bassin revitalisé, et le Sentier des Châtaignes qui relie le village de Luins au hameau de Vincy.

 

Etude des terroirs et des plants du domaine

 

 
Dans le cadre d’une étude des terroirs vaudois menée sur l’ensemble du canton par les organisations professionnelles, une parcelle du domaine de St.-Vincent a été choisie comme référence. Les données ci-dessous sont spécifiques et représentatives de l’ensemble du domaine.

 

  • Altitude - env. 500 mètres
  • Pente - régulière entre 5 et 10 %, orientation sud-est
  • Rayonnement cumulé de l'été - plus de 1000 heures
  • Pluviométrie annuelle - env. 1000 millilitres

  • CALISSON / 0 - 80 cm / Brun rougeâtre sombre, non calcaire, bien structuré, meuble, de porosité moyenne, sans effet d’érosion ni de battance.
  • PEYROSOL / 80 - 200 cm / Gris jaune pâle, calcaire, très caillouteux (plus de 80% d’éléments grossiers) avec du sable qui laisse passer le chevelu des racines jusqu’à plus de 170 cm de profondeur.

Les résultats ont ainsi mis en évidence le caractère particulier et peu courant du sol du domaine de St.-Vincent. Sa structure caillouteuse se ressuyant très bien, c’est un milieu idéal pour la culture de la vigne et la production de vins fins et complexes.

Les caractéristiques de chaque terroir sont bien sûr une composante primordiale sur la carte d’identité des vins et leurs connaissances sont importantes pour le vigneron. Le choix du cépage, du porte-greffe ou du mode cultural en dépend.

L’humain, par ses connaissances et son travail, peut accompagner et contribuer en partie à l’avènement du noble produit de nos coteaux. Mais il restera toujours une part de mystère et d’inconnu pour nous émerveiller et nous remplir d’humilité.

 

Saint-Vincent de Saragosse


(né à Huesca au 2e siècle – mort à Valence (E) aux environs de 304)
Fêté le 22 janvier

 

Son histoire


Diacre à Saragosse, il a triomphé d’un double martyr. Vivant, il résiste aux flammes et à quelques autres formes de torture. Mort, les fauves ne peuvent dévorer son corps et lorsque celui-ci est jeté à la mer, il ne coule pas. Son nom signifie en latin « vainqueur » et il symbolise donc la victoire du martyr chrétien. Les vignerons n’ont ainsi pas l’exclusivité de sa protection, mais la partagent avec les navigateurs portugais, ainsi qu’avec la corporation des tuiliers et couvreurs...

 


Patron des vignerons, pourquoi ?

Mais pourquoi est-il devenu le patron des vignerons ? L’hypothèse la plus probable est celle du calembour… En effet, le nom de Vincent se décompose phonétiquement en « vin » et « sang ». Pour les non-érudits, le nom du diacre martyr évoquerait donc plutôt le sang de la vigne que la victoire… Mais nous avons aussi pu lire que ce patronage pouvait être lié à la fonction de diacre qui était de verser dans le calice le vin qui deviendrait le sang du Christ ou à la date de la Saint-Vincent, qui correspond à la première taille de la vigne.


D’autres hypothèses encore ont été avancées, plus ou moins sérieuses… En voici quelques unes, laissées à votre libre appréciation :

Il pourrait être devenu patron des vignerons à la suite du geste qu’il fit en Espagne quand, pour démasquer un fraudeur, il sépara, en faisant couler du vin sur sa tunique, l’eau ajoutée par le tenancier d’un estaminet non consciencieux à du vin naturel… Mais aussi parce que selon le récit de son martyre, il aurait été écrasé dans un pressoir.

Et pour finir, citons cette vieille chanson, paraît-il du Val de Loire :

" Pourquoi nos vignerons pur sang
ont pris pour patron , pour confrère
le glorieux martyr Vincent
la raison en est toute claire
c'est qu'avant d'être ce bon vin
que dans mon verre on voit reluire
il a fallu que le raisin
du pressoir subit le martyr."

 

 

Le domaine Saint-Vincent dans les livres

 

Les 99 chasselas à boire avant mourir - Editions Favre

Jérome Aké Béda

Pierre-Emmanuel Buss

 

Les châteaux Viticoles du Pays de Vaud - Editions 24heures

Yves Jault & Yvan Muriset